Syndic bénévole, syndic coopératif ou syndic professionnel, lequel choisir

syndic bénévole

En tant que mandataire choisi par le syndicat des copropriétaires, le syndic se doit d’accomplir avec dextérité les missions qui lui sont confiées, dont la gestion et l’administration de la copropriété. Devant les lourdes tâches qui lui incombent et surtout face aux abus, certains copropriétaires semblent alors être perdus quand il est question de choix de syndic. Cet article vous explique certains points à retenir pour trouver avec aisance le syndic qui convient à votre copropriété.

Savoir reconnaitre un bon syndic

La compétence, la disponibilité et la capacité d’écoute et de synthèse sont autant de qualités recherchées par les copropriétaires chez son syndic. Malheureusement, il arrive que l’inverse se produise et ne sont pas rares les gestionnaires qui se sentent débordés face à un nombre de lots importants. La taille de la copropriété compte beaucoup alors pour le choix du syndic. Une copropriété avec plus de 200 appartements aura ainsi intérêt à se tourner vers un organisme disposant des moyens matériels et humains nécessaires. Ce qui laisse à entendre que le syndic professionnel reste celui qui convient le mieux à une grande copropriété. En revanche, une structure de taille modeste sera certainement à la hauteur pour une petite copropriété. A noter toutefois que c’est la qualité du service proposé qui reste l’élément fondamental pour le choix de cet organisme. Autrement dit, rien ne définit à l’avance qu’un syndic coopératif ou bénévole sera moins compétent que le professionnel.

syndic bénévole copropriété

Pour de la transparence et une meilleure gestion de la copropriété

L’instauration du contrat-type de syndic dans l’article 55 de la loi ALUR du 24 mars 2014 a permis d’éclaircir certains points flous autour des prestations pouvant donner lieu à une rémunération complémentaire. Définissant ce contrat type, le décret du mois de mars 2015 liste les types de prestation de gestion courante et les autres prestations pouvant faire l’objet d’une rémunération en complément. La satisfaction suite au mode d’administration, la gestion financière et comptable ainsi que la gestion technique pourra donner suite au renouvellement de contrat de syndic. A rappeler aussi que la durée du mandat de ce dernier est de 3 ans et ne peut pas être renouvelé par tacite de conduite.

Changer de syndic : ce qu’il faut savoir

Privilégier un syndic bénévole a souvent pour objectif de réduire les frais et dépenses des copropriétaires. Et si le professionnalisme constitue une évidence pour un syndic professionnel, le mode d’autogestion avec un syndic coopératif peut également fonctionner. Ces 3 types de syndic, bien qu’ayant leur particularité, exercent donc à la fin la même mission. Comme précisé, le choix devrait reposer sur le vouloir pour un bon gestionnaire apte à bien gérer la copropriété. En cas de litige, souvent justifié par le manque de compétence de l’organisme, les copropriétaires peuvent se décider pour la résiliation de contrat de syndic. Pour éviter le renouvellement du problème avec le nouveau syndic, la mise en épreuve dans les missions ne suffit pas. Il est dans le devoir du syndicat de vérifier par lui-même que le syndic tient bien les comptes. A ne pas hésiter pour un contrôle de la comptabilité par un expert-comptable par vigilance. Ce professionnel peut d’ailleurs assister pour les tâches diverses comme la vérification des documents comme le journal général, le grand-livre et la balance.