Comment changer d’assurance en cours de prêt ?

Contraints par le temps et souvent par le manque d’informations, les souscripteurs optent dans la plupart des cas pour le contrat d’assurance prédéfinie par la banque pour assurer leurs emprunts. Cette pratique ne permet pas toujours de bénéficier d’une assurance performante, mais heureusement changer d’assureur de pret est devenu possible depuis l’adoption de la loi Hamon, même si un premier contrat de garantie emprunteur a déjà été signé.

Changer d’assurance : comment ça marche ?

La banque propose une assurance de prêt qui garantit le remboursement des emprunts. Elle couvre les risques de décès, mais aussi d’incapacité de travail ou de chômage selon les termes du contrat. Une fois les aspects du sujet reconsidérés, le souscripteur peut éprouver le besoin de changer d’assureur pour des raisons économiques ou qualitatives. Les lois du consommateur autorisent non seulement l’emprunteur à choisir son assureur (loi Lagarde), mais aussi à en changer lorsqu’il en émet la nécessité (loi Hamon), et ce, dans un délai de un an après la souscription.


Souscrire à une assurance autre que celle de la banque est qualifiée de délégation d’assurance credit. La démarche peut s’étaler sur un trimestre. La durée de la rétractation étant limitée à 13 mois après la signature du contrat de prêt, il est conseillé d’entamer les recherches et les comparaisons des offres dès le début du crédit.

Les démarches à suivre

Que le crédit immobilier souscrit soit destiné à acquérir un bien individuel ou un bien en copropriété, le souscripteur doit s’assurer que son contrat d’assurance a été signé avant le 26 juillet 2014 pour pouvoir le changer en cours de prêt. Le nouveau contrat d’assurance doit également être l’équivalent de l’ancien en termes de garanties. C’est seulement à ces conditions que l’assuré peut signifier son désir de changer d’assurance à sa banque avec un argumentaire constitué de l’appréciation du nouveau contrat.


Si les précédentes conditions sont remplies, la banque ne peut refuser la requête de son client et doit prendre les dispositions nécessaires au jumelage du contrat d’assurance au dossier de prêt. Elle peut toutefois adapter ses prix à ceux du devis pour ne pas perdre la souscription de son client. Si le contrat de prêt a été signé avant le 26 juillet 2014, une résiliation annuelle avec 2 mois de préavis reste envisageable.